Archives de Tag: CIUP

ENG – Why Paris sucks (and why I don’t want to leave)

« Les guides touristiques ne parlent pas de l’énorme population sans-abri, des trottoirs jonchés de crottes de chien qui longent ces rues, embouteillées et infestées de pigeons. »
Le Paris mythologique des Nord-Américains est une construction éloignée de la réalité, que seuls les touristes poursuivent. Vivre à Paris est une confrontation quotidienne à cette réalité. La vie parisienne détruit les mythes et les clichés. Pour le meilleur.

The proverbial they always say that nothing in life comes cheap. And a year abroad in Paris is definitely no exception. It took me a good month before I could rationalise paying seven dollars for a sandwich, and I still haven’t gotten over the fact that I’m going to be run at least the cost of an espresso if I want to use a bathroom on a whim – lest something else run down my pants. I always thought that the pay as you go bathroom (get it ?) was some sadistic/hilarious invention of Rollercoaster Tycoon that was created to enable me to laugh uproariously at tiny cartoon characters throwing up all over my computer screen, but I should have known that the Parisians, unflinching in their dedication to have all of their Metro stations reek of piss, would have been behind the ploy.
But I digress.

The steep price of my exchange hasn’t in fact been due to the outlandish cost of living here; turns out that rectifying my actual experience with others’ expectations of what it should be has taken the much greater toll.
When people ask me about Paris…well they usually don’t actually ask me anything. They rather frame statements like “You must be having a great time!” or “Tell me about your French girlfriend!” as questions, or pose their questions with the answer already in mind, as in “How amazing is it there?” Unhappy with their own regular lives, they expect me to be living their dream, so – at the risk of being castrated for being a whiny, unappreciative asshole upon my return – my answers to such “questions” must always include the words “amazing,” “unbelievable,” or “incredibly hot.” The problem is that, like most comparisons between idealised fantasy and reality, the Paris of the North American imagination really doesn’t stack up to the Paris of the real world. (Note: I understand that many North Americans conceptualise “the real world” as a TV show instead of as actual reality, but I think that that only reinforces my point.)

The tour books, travel guides, and Marie-Kate and Ashley movies that create Paris for North Americans usually don’t mention the city’s noticeably enormous homeless population, the shit walkways that flank its pigeon-infested and traffic-jammed streets, or the bleak, glum monotony that is its sunless, snowless abyss of December to March.
And once here, the tourists themselves don’t notice these things either – because they don’t want to spoil their own fun. For the brief time that they are sur Paris, they get caught up in their partially self-constructed, partially super-imposed mythological dream-world because it is sadly reaffirmed by their revelries. It’s a vicious cycle: they see what they want to see because they want to see it.
They ignore the blank stares on the Metro because they are too busy blathering on about the Eiffel Tower lighting up. “Oh my God, it was just like so unexpected!” They drift unconcerned through the clouds of cigarette smoke puffing out of the meandering crowds because they are too busy blathering on about the civility of sitting next to somebody at a café. (This revolutionary concept also protects them from the outrageous prices they pay for the wrong orders, which are usually served with a side of disdain.) And they do not have to cope with contrived, over-generalised, and incessant blatherings because “those awesome guys from the Frog and Princess last night” are always there to join them in their amazement.

But not everybody can be so oblivious, and I now know why Parisians are so cold. They do have to hear such blatherings. Every day.They do see the homeless at every street corner. Every day. They do smell the piss in the Metro. Every day. And they do step in shit, or get shit on. Almost every day. They are overpowered by the daily grind of a city designed for temporary vacationing, and their recourse is to simply block it all out. Of course, that only makes life more miserable.

The trick, then, is to find within the overbearing, inhuman, and just-plain-annoying reality of Parisian everyday life the elements that allow it to be romanticised. And I am not talking about taking time off from school or work to go see Notre Dame or the Arc de Triomphe, though that may be part of it. I am talking about taking from the city whatever it is that you want it to provide. For while North American manifestations of the Parisian ideal may take the uninspiring forms of a twinkling mass of steel or of a depressingly small portrait, such symbols are not the real reasons that people escape to Paris to admire them.

The trick is to find our own symbols, for our own reasons. Living in Paris should not stifle its aura, but should strengthen it. So while it is much easier for us to close our minds to our reality when it does not live up to our ideals, in doing so we miss all that does. To snobbishly quote Antoine de Saint-Exupéry’s Le Petit Prince: “Droit devant soi on ne peut pas aller bien loin.” In other words, and to tellingly draw a comparison to the North American equivalent, Ferris Bueller had a point when he said that “life moves pretty fast. If you don’t stop and look around once in a while, you could miss it.”

We must therefore make a concerted effort to appreciate all that Paris has to offer; to rectify reality with expectations. Otherwise, sedated by regular responsibilities and frustrated by the gulf between real life and outside expectations, we find in Paris but a miserable place to live. It may seem like a heavy price to pay for complacency, but with the possibilities that Paris provides those of the alternative mind set, it all becomes worth it in the end.

Indeed, as they say, nothing in life comes cheap. ●

Jake HELLER

Résident à la Fondation de Monaco 2008-2009
Etudiant à l’Université McGill de Montréal


Article first published on the 26th of January 2010

Publicités

7 Commentaires

Classé dans Anglais

La CIUP : un univers, un alphabet

Ce sont 24 lettres gigantesques, issues de différents alphabets et apposées sur les arcades, qui accueillent les futurs résidents qui on été jusqu’ici guidés par les signes froids de la RATP ou de la ville de Paris. L’arrivée à la Cité crée une empathie immédiate entre l’étudiant étranger primo-arrivant et ces signes accueillants par la convocation de la langue de l’Autre et de cultures encore mystérieuses, venues de pays lointains. La myriade de signes se mêlant à l’espace se déploie à l’extérieur comme à l’intérieur des bâtiments. L’écriture est colorée, tantôt déclinée presque insolemment sur les murs des bâtiments, tantôt pourvoyeuse d’informations textuelles, ou encore explicative, sur la rosace ou sur les panneaux des maisons. Elle est là, non seulement pour guider et accompagner, mais aussi pour rappeler la dynamique humaine, multiculturelle et polyglotte de cette « ville dans la Ville ».

L’identité visuelle actuelle de la Cité Internationale est cet élément d’identification et d’orientation depuis le 23 novembre 2004. Pour le visiteur pressé ou nocturne, la signalétique a ses contraintes. Pourtant, pour les habitants, c’est une présence qui va au-delà de la pure fonctionnalité. C’est précisément l’effet voulu par l’atelier Intégral Ruedi Baur et associés, en collaboration avec le typographe André Baldinger et le designer Eric Jourdan, créateurs de cette identité : « Donner au site la dimension contemporaine, vivante et dynamique qui lui faisait défaut. C’est elle qui doit démontrer, de manière naturelle et évidente, que l’idée fondatrice de brassage est une réalité en marche. Pour ce faire, la signalétique ne peut qu’avoir une visibilité supérieure à celle qui lui est accordée habituellement. »
La charte graphique de la Cité est basée sur la typographie : la police Newut plain a été choisie par Baldinger comme caractère de base, à partir de laquelle 57 caractères issus d’écritures provenant des cinq continents ont été créés. Cette police ne prévoit pas de différence de taille entre majuscules et minuscules, elle n’est donc pas « discriminante ». C’est également la police du magazine biculturel de la chaine Arte Karambolage, qui présente parallèlement les cultures allemande et française dans les deux pays.
La création du logiciel « Letterror mixer », un générateur aléatoire, qui ventile automatiquement les 57 signes dans le corps du texte,  montre à quel point l’identité visuelle cherche à intégrer les principes identitaires de l’endroit, à savoir l’égalité et la diversité. Le but est de ne pas unifier, mais au contraire laisser place à la diversité. À la différence du sentiment développé ailleurs à Paris ou en France, notamment avec l’actuel débat sur l’identité nationale (qui oppose des concepts hors de tout contexte : stigmatisation de l’Islam, de l’immigration, hors de tout contexte historique ou géopolitique, et qui donne une relecture amère au 21ème siècle d’un hymne qui invite à « abreuver les sillons d’un sang impur »), l’identité visuelle de la Cité fonctionne à la façon d’une fractale dont la partie et le tout interagissent infiniment. Ainsi, le monde se confond avec la Cité, et vice-et-versa.
En tant qu’habitante mais aussi en tant que professionnelle de l’image, j’ai suis tout de suite devenue complice avec ce langage visuel. Je me suis immédiatement mise en quête des auteurs de ce geste ludique et généreux, pour finalement découvrir des designers qui dépassent la seule notion classique de la spécialité pour définir une discipline plutôt semblable à celle d’un grammairien de l’espace urbain. C’est alors que j’ai entendu parler de l’atelier Intégral, créé en 1998 par le designer Ruedi Baur, qui est également l’auteur de l’identité de lieux emblématiques de Paris tels que le Centre Georges Pompidou ou la Cinémathèque Française.
Quelques mois après, dans le cadre d’un entretien d’admission à l’Ecole Nationale Supérieure des Arts Décoratifs, j’ai rencontré Ruedi Baur. Ce « hasard » a fait naître en moi un certain sentiment de prédestination, comme si mon séjour en France devait naturellement s’inscrire dans cette cohérence « écrite ». Lorsque, quelques jours plus tard, j’ai intégré, dans le cadre d’un stage, le service communication de la Cité, ce sentiment n’a fait que se confirmer. Je me suis ainsi retrouvée à apprendre, en plus du français, ce langage visuel nouveau et fascinant, afin notamment d’en développer certains usages (la newsletter : citefl@sh que vous recevez tous les jeudis, dans le cas contraire, écrivez à webmaster@ciup.fr pour la recevoir).

Créer l’identité de cet espace, à la fois privé et public, à la fois en-dedans et en-dehors de Paris, revient d’un certain point de vue à créer l’identité de l’univers, car la Cité matérialise l’utopie du rassemblement des nations. Le principe de la signalétique de la Cité Internationale de Paris nous rappelle le mécanisme babélien de l’alphabet tel qu’évoqué par Borges :

L’univers (que d’autres appellent la Bibliothèque) se compose d’un nombre indéfini, et peut-être infini, de galeries hexagonales, avec au centre de vastes puits d’aération bordés par des balustrades basses. […] il n’y a pas, dans la vaste Bibliothèque, deux livres identiques. De ces prémisses indubitables, il déduisit que la Bibliothèque est totale, et que ses étagères consignent toutes les combinaisons possibles des vingt et quelque symboles orthographiques (nombre, quoique très vaste, non infini), c’est-à-dire tout ce qu’il est possible de tout exprimer, dans toutes les langues.

Un an après, élève, designer et résidente, la signalétique de la Cité continue à m’émerveiller à chaque fois que je marche sur la rosace, ou lorsque j’utilise le plan imprimé sur le mobilier pour aider à orienter de nouveaux arrivants, à chaque fois que je découvre un nouveau pictogramme sur mon chemin, vers la piscine ou la bibliothèque. Je pense à ce geste sémiotique, à la fois subtil et imposant, qu’est l’identité graphique de ce site universel, d‘un professeur qui se bat quotidiennement, en tant que producteur de formes, pour faire de nos villes un terreau du civisme. Ceci peut paraître anodin, et c’est pourtant tellement nécessaire. Chaque fois, je ressens cette mise en abyme. En « lisant » ce langage visuel, appartenant moi aussi à cette diversité linguistique, je fais partie de cet espace.  L’intégration s’y produit quotidiennement. ●

Diana MESA
Résidente à la Fondation Deutsch de la Meurthe

Poster un commentaire

Classé dans Français

Marc : L’ « espèce de délicieux béguinage flamand » de Paul Guth

« J’ai écrit ces chroniques estudiantines à la plume, assis sur les marches d’un escalier menant aux chambres d’un pavillon de la Fondation Deutsch de la Meurthe, durant mes heures de repas ; bref sur place, à la manière d’un peintre qui réalise un tableau in situ » Marc Ryckewaert.

Tous les « deutschois » le connaissent, de près ou de loin. Lunettes rondes d’écaille, regard malin, sourire lumineux, allure estudiantine, sa sempiternelle et doctorale blouse blanche sait résoudre toutes les urgences des résidents.

Attardez-vous quelques instants avec l’homme. Si vous avez de la chance, Il saura vous faire revivre l’instant où Simone de Beauvoir rencontra Jean-Paul Sartre, dans une chambre anonyme d’un pavillon supposé. Il pourra même vous confier secrètement les numéros de chambre d’ex-résidents : Habib Bourguiba, Léopold Sédar Senghor, Raymond Barre, Sarah Kofman… ou encore vous racontera-t-il pourquoi Robert Brasillach, « Bob », qui, s’il reste une figure de la littérature française bannie des étagères, fut fusillé à la Libération, à 35 ans.
Mieux que quiconque, Marc Ryckewaert sait ressentir dans les douces odeurs d’encaustique de la Fondation Deutsch de la Meurthe ces « ambiances ineffables et chaleureuses des jeunesses envolées, de bohèmes évanouies, d’époques révolues. » Ange-gardien du « Royaume d’Enfance » du jeune Senghor, il saura aussi vous souffler que Jean-Paul, qui encore hante ces lieux, nous rappelle qu’il « faut lutter contre un régime et une idéologie néfaste » et se prévaloir de tous les racismes ; et que la Cité mériterait parfois mieux qu’un traitement qui manque de psychologie et de discernement.
Rares sont les romans qui prennent pour cadre la Cité Internationale : Le Marchand d’oiseaux (1936) de Robert Brasillach ou Les Hommes en blanc (1949) d’André Soubiran.

2009 voit la parution de Résonances, de « notre » gardien du temple. Si les quotidiens nationaux ont salué la sortie de ce  « roman estudiantin », si, comme pour le Da Vinci Code au Louvre, des lecteurs curieux visitent la Cité sur les traces de Résonances, la sortie de cet ouvrage d’une petite centaine de pages n’a paradoxalement pas vraiment « résonné » dans l’enceinte de la Cité.  Cité Babel s’y emploie donc modestement.
Dans un style rafraichissant mais exigeant, Marc Ryckewaert s’adresse à l’intemporalité de la Cité Internationale qu’il vit de l’intérieur.  L’auteur choisit Schiller pour débuter le roman « J’ai jadis perdu ma patrie pour l’échanger contre le vaste monde » : déjà, nous le savons, nous sommes à la Cité. Une plume sensuelle nous plonge au cœur de notre environnement quotidien, et après un passage par la Fondation Suisse, le lecteur se retrouve à la Deutsch, cette « espèce de délicieux béguinage flamand »  de Paul Guth.
Regorgeant d’informations sur la Cité Internationale et son histoire, Résonances nous fait partager des moments de vie de trois résidentes brillantes, Meriem Korichi, Hélène d’Automne et Anne Baert. Studieuses, escrimeuses, cultivées, on les fantasme. Méritantes, respectueuses, assoiffées d’azur, elles sont à l’opposé d’une certaine image d’une jeunesse égarée que des gérontocrates cherchent à propager. Résidentes comme nous, elles ont la chance de vivre dans un environnement hors du commun. Résonances évoque, par cette amitié et ces rires, ce quartier parisien de jeunesse : une histoire retrouvée des lieux. ●

GLG

Résonances, Editions Persée,  978-2-35216-359-6 10 €

Poster un commentaire

Classé dans Français

Brèves

Attention aux vols !
Si à la Cité il est facile de se retrouver pour partager un repas, travailler ensemble ou tout simplement discuter et si la confiance entre résidents est souvent totale, il est tentant de laisser les portes ouvertes, de progressivement moins faire attention aux voleurs. Mais ils viennent parfois aussi de l’extérieur, connaissent bien la Cité et sont très décidés ! A la Maison de l’Inde, vol de 1500€ et d’un appareil photo… ●

Aux Lilas, toujours un trou : Internet!
Paris, 21ème siècle, des résidents de la CIUP n’ont pas Internet dans leur chambre. Dans la présentation de l’inauguration de la résidence Lila dossier_lila.pdf du site officiel de la Cité, on lit cependant : « Equipement de chaque logement: […] prises téléphoniques et TV et accès internet haut débit ». A la résidence Lila, il est arrivé ce que les deutschois ont réussi à éviter : une grande majorité des résidents a souscrit des lignes téléphoniques et des connexions à Internet ; à leur charge… Aux Lilas, plutôt que de faire des petits trous, toujours des petits trous (dans le budget), vous trouverez l’adresse de Marc Lipinski sur comiteinvisible.wordpress.com, demandez-lui de vous sortir… de ce trou… ●

« Mangelnde Kenntnisse in französischer Sprache »
C’est officiellement à cause d’un « manque de connaissance de la langue française », qu’Elja S. a dû quitter la Maison Heinrich Heine en novembre 2009, selon une déclaration de madame Deussen, directrice. Alors qu’il n’est fait pas référence au niveau de français dans le règlement intérieur et qu’une telle décision peut sembler discriminatoire pour un étudiant venu en France afin de vivre la culture française « hautnah » (« à fleur de peau »).  Cité Babel publie, en version originale, un extrait de sa réponse : « Meiner Meinung nach, die ganze Sache sei ordnungswidrig (siehe Verwaltungsrecht), wenn nicht mal schon verfassungswidrig (siehe Bürgerrechte). Ich glaube nicht, dass es im Sinne des „letzten Dichters der Romantik“ Heinrich Heine wäre, dass in dem Haus, das seinen Namen trägt, solche Verhältnisse herrschen würden. Ich hoffe, wenigstens für weitere Studenten wird Ihre Rechtfertigung logischer und der modernen und vereinten Europa gerecht. » ●

Une pétition à la MIAA
CB a été sollicité par des anciens résidents de la MIAA souhaitant publier le texte déclaratif suivant.
Nous,
Résidents, et ex-résidents de la Maison des Industries Agricoles et Alimentaires, souhaitons communiquer le texte suivant aux autorités compétentes:
1- La direction, par son comportement trop souvent tyrannique et incohérent envers les résidents, humilie par des moyens de pression divers, allant jusqu’à la diffamation arbitraire.  En général, il suffit qu’un résident essaye d’argumenter ou de défendre ses droits les plus légitimes, pour que son séjour à la MIAA soit rendu insupportable.
2- Ainsi, nous subissons des formes de discrimination selon un jugement strictement personnel, alors que la direction est censée « nous » servir.
3- Suite à ces abus de pouvoir caractérisés et répétés, nous décidons de briser le silence consciemment organisé en publiant ce court texte et afin, non pas de prendre une quelconque revanche, mais de prévenir les autorités compétentes des agissements qui ont toujours lieu au sein de la Maison des Industries Agricoles et Alimentaires et d’y protéger les actuels résidents. ●

Poster un commentaire

Classé dans Allemand, Français

S.O.S à la MAM

Les conditions de vie dans la plus grande résidence de la Cité (692 résidents) font depuis toujours l’objet de discussions animées : comment décrire le sordide, comment faire partager la détresse des résidents, comment alerter les services compétents quand le silence officiel est minutieusement organisé? L’équipe de CB s’est rendue dans la Maison des Arts et Métiers pour essayer de rendre compte de « l’état des lieux ».

Si la photo ne rend pas les odeurs, il faudra tout simplement les imaginer, ou aller visiter la Maison des Arts et Métiers par vous-même. Nous sommes dans une cuisine de la MAM, une salle glauque et sans fenêtre ni système d’aération, que seule la lumière blafarde des néons éclaire. Cette résidence chevauchant le périphérique n’ouvre pas ses fenêtres à cause des nuisances sonores, et l’atmosphère est nauséabonde. La salle, sans hotte aspirante, sent la graisse et la friture déposées sur les murs et le plafond.

Fixo, un résident, spécialisé en Qualité, Sécurité et Environnement, donc un ingénieur affilié à l’auguste institution des Arts et Métiers, nous rappelle les risques sanitaires dus aux conditions d’hygiène pitoyables ; depuis qu’un résident est mort d’électrocution à cause d’un frigo dans sa chambre, les frigos cadenassés s’empilent le long des murs de ces véritables cloaques. Des fils dénudés sortent d’ailleurs encore des murs à tous les étages, et les prises électriques de la MAM ne sont pas, selon l’élève ingénieur, « reliées à la masse ».


Ces cuisines se remplissent d’appareils (frigos, plaques chauffantes), appartenant aux résidents, qui doivent donc s’équiper personnellement en emménageant ! Bad deal…
Puisque les appareils sont tous personnels, au mépris de leur efficience ou de leur sécurité, les résidents se déresponsabilisent de l’espace public et ne se sentent même plus concernés par  la crasse généralisée.

Une véritable loi de la jungle se développe autour de « l’espace alimentaire » de chacun,  les vols sont chose courante et la suspicion se généralise : le voisin, le camarade, l’ami deviennent des concurrents potentiels. Cette privatisation des espaces publics semble aller totalement à l’encontre de l’esprit des fondateurs de la Cité qui voulaient construire des « logements hygiéniques ».
Ici, chacun son frigo, chacun sa plaque, chacun sa … .
Drôle de logique !

Le cœur du problème semble résider dans la différence entre les résidents des deux bâtiments. A l’extérieur du périphérique logent principalement des Gadzarts, contraction de Gars des Arts, des élèves de l’ENS des Arts et Métiers qui, en jargon, ont été « usinés » au début de leur cursus. Issus des mêmes bancs d’Aix-en-Provence, Angers, Bordeaux, Châlons-en-Champagne, Cluny, Lille, Metz ou de Paris, ils se connaissent de longue date et développent une aptitude à s’auto-gérer, à s’organiser entre eux. Le bâtiment externe est par conséquent mieux entretenu et aménagé et il centralise tous les services courants aux résidents (laverie, gardien, journaux, administration, piano, salles communes, etc), ce qui n’est pas négligeable.
Dans le bâtiment intra muros, à l’inverse, les résidents sont souvent étrangers, en court séjour ou en formation complémentaire. L’auto-gestion à la Gadzarts ne peut pas fonctionner entre résidents qui ne se connaissent pas, qui se croisent brièvement. Cependant, la gestion a minima de la résidence ne tient pas compte de ce fait sociologique et laisse ces nombreux résidents cuisiner et manger dans des pièces immondes.

Cette situation alarmante provient également du sous-investissement systématique dans les infrastructures. A la MAM, il est désormais célèbre que des cuisines équipées, ça n’existe pas. L’administration s’accorde visiblement un niveau de salubrité tellement bas que les résidents, aux moyens souvent limités, apprennent à vivre dans de telles conditions, à se battre pour leur repas quotidien et à s’adapter du mieux qu’ils peuvent. Pour un spécialiste en Qualité, Sécurité et Environnement, cette situation est incompréhensible et ne peut qu’être le résultat flagrant d’incuries persistantes de la direction  « qui nie le droit de chacun à vivre dans un environnement de qualité. »
Pour qui la direction prend-elle les résidents ? Nous trouvons-nous dans une zone de non-droit ? Comment en est-on arrivé là ? Les autorités de contrôle de la Cité, de l’Ecole ou de l’Etat ont-elles visité ces lieux?
Dans cet espace unique et universel qu’est la Cité, le visiteur, à la MAM, se demande simplement s’il est encore en France…

De surcroît, suite à notre enquête, nous découvrons que les méthodes de l’administration de la MAM semblent souvent mépriser quelques principes juridiques de base. Ainsi, les états des lieux sont faits « seul » et des sommes conséquentes sont retranchées de la caution sans aucune justification (« jamais à 100% »), et, à moins d’avoir de solides compétences en génie civil, on se retrouve devant un flou administratif tout-puissant qui tend dangereusement vers l’abus de pouvoir… Il est en outre exigé des résidents de fournir des chèques de loyers mensuels, à l’avance et pour toute la durée prévue du séjour, ce qui est, après vérification, totalement illégal.

Par souci de concision, nous avons choisi d’évoquer seulement les cuisines. Les toilettes, les fenêtres, le chauffage, le bruit, les ascenseurs intemporels, l’internet erratique, l’accueil « stressant » et le traitement humiliant des résidents par les détenteurs de l’autorité, sont autant de sujets d’inquiétude des résidents de la MAM.
Sachez cependant, que s’ils appellent à l’aide, ils ont de multiples et légitimes raisons de le faire. ●

GLG
Photos : Lisa GYÖNGY
Résidente à la Fondation Suisse


5 Commentaires

Classé dans Français

Edito – n°1

Cité Babel vous salue ! Vous lisez le premier numéro du journal des résidents de la CIUP, par les résidents et pour les résidents. L’association AIRCUP (bénévoles!) veut refaire vivre une longue tradition de la Cité avec cette gazette. Media – papier et Internet – des résidents et des anciens répartis à travers le monde, Cité Babel est une tribune libre, ouverte aux contributions de tous.

La vie à la CIUP vous est ainsi relatée par ses occupants avec les points de vue et les mots qu’ils choisissent. Justifiant ainsi son nom, Cité Babel souhaite consacrer une large part de son contenu aux langues présentes sur la Cité.
Ce choix assumé permet ainsi à tous de se reconnaître dans “notre” journal à tous. De plus, le multilinguisme peut faire découvrir de nouvelles langues à certains, et bien sûr à d’autres de réviser celles qu’ils connaissent déjà!
Vous trouverez bien sûr une plate-forme électronique, offrant les traductions des articles dans notre  langue commune: le français.

Des commentaires libres, ou des débats pourront de plus se faire sur le site.

Cité Babel fait également le choix d’adopter une ligne éditoriale libre. Basé sur les contributions des résidents, le journal présente des expériences personnelles ainsi que des regards croisés sur des sujets culturels et variés, trouvant souvent un écho dans la Cité.
Ainsi, l’ouverture à des sujets multiculturels est fondamentale. Elle se fait par l’expression de points de vue « internationaux » de la Cité et par la caractérisation culturelle de celle-ci en tant qu’espace commun de cohésion et de débat entre résidents.

Plus généralement, Cité Babel vise à :
• Mettre en valeur le potentiel international culturel, intellectuel, artistique et créatif de la CIUP,
• Offrir des espaces d’information et de communication,
• Proposer une actualité ouverte sur le monde sous l’angle  du pluralisme et du multilinguisme.

Bénéficiant d’une importante implantation dans le milieu étudiant, notre association s’est engagée à fournir un journal original et interactif pour le public étudiant parisien, et en particulier celui de la CIUP. Lecteur, lectrice nous te  souhaitons un bon moment et pourquoi pas un jour te lire aussi?

Poster un commentaire

Classé dans Français

Edito – n°2

Le deuxième numéro de Cité Babel sort enfin. Plus de langues, des thématiques plus variées et des approches plus directes de notre environnement à tous sont publiées ici. Elles sont dues à des résidents motivés par ce projet ambitieux, voire fou, de réunir toutes les langues et toutes les opinions dans le journal de la Cité. Distribué par Aircup à chacun des résidents, nous espérons que ce CB saura vous intéresser, vous passionner, vous faire réagir.

Personne ne peut lire ce journal dans son intégralité (à moins de parler 8 langues…), CB se confronte ainsi à son défi du multilinguisme : toutes les traductions en français des articles sont cependant et évidemment disponibles en ligne. La CIUP, par sa diversité et la richesse de ses cultures, se reflète ainsi dans son journal, que chacun peut s’approprier, au-delà des origines, des cultures et des langues.

Vous trouverez dans votre journal des articles très variés : un hommage à un intellectuel vénézuélien par une compatriote, une critique du film Slumdog Millionaire en espagnol, un papier sur le groupe de musique berlinois die Kleingeldprinzessin und die Stadtpiraten, des poèmes vibrants, un reportage sur le renouveau de la musique iranienne en anglais, une réflexion sur la disparition des langues amérindiennes, une explication en version originale du Shogi, jeu japonais, ou un article en chinois sur les bienfaits (ou méfaits) de l’eau du robinet. Cette liste à la Prévert pourrait sembler à certains manquer de cohérence. Elle est en fait le reflet assumé de la diversité des résidents, de leurs intérêts variés, et de leurs inspirations, que CB se doit de publier.

Vous trouverez également des articles plus fondamentaux, traitant de l’émergence de phénomènes extrêmes en Italie, des inégalités sociales profondes créées par notre système d’économie de marché ou de la relecture – 150 ans après – de l’héritage de Darwin.

Bref, comme notre dessinateur Fred nous le rappelle avec humour, la Cité et ses résidents ne vivent pas en dehors du temps. Les contributeurs ont conscience de la crise, plus qu’économique, philosophique, dans laquelle nous nous trouvons.

Intellectuels, décideurs ou architectes du 21ème siècle, chers Résidents, le futur nous appartient. Continuez à penser notre monde. Nous le publierons.

Crise 002

Poster un commentaire

Classé dans Français