Vivre à Lucien Paye

J’ ai été amené à faire une présentation  à la Fondation Lucien Paye en juin 2009 lors de la rencontre portant sur la diversité culturelle organisée par le comité des résidents. Aussi, ce texte s’articulera autour de deux points principaux. Nous parlerons dans un premier temps de l’idée que nous nous faisions de cette résidence avant d’y habiter ainsi que de nos premières désillusions qui n’ont pas tardé à faire jour. Cette sorte d’introduction, nous permettra d’évoquer notre implication personnelle dans la vie de la résidence et de celle de la Cité universitaire en général. Enfin, nous conclurons par une sorte d’inquiétude quant à l’avenir de Lucien Paye en tant que « Maison de l’Afrique » comme on l’appelle affectueusement.
Le péril de la diversité
Lorsqu’en 2006, nous avons eu l’occasion de mettre nos pieds dans cette résidence lors d’une visite de courtoisie à mes compatriotes maliens, je leur  disais combien ils avaient de la chance de vivre une telle diversité culturelle et surtout de vivre dans une maison qui a vu passer tant d’intellectuels africains, etc. A cette époque, tout mon souhait était donc d’y habiter un jour pour rencontrer d’autres nationalités afin d’élargir mon réseau relationnel comme cela avait été le cas pour moi lors d’une autre rencontre internationale à Tombouctou au Mali. En effet, en novembre 2005, j’avais eu la chance pendant une semaine, de rencontrer 140 étudiants issus de 13 pays francophones avec la plupart desquels j’ai gardé de très bons contacts. Pour exemple, lors de ma première visite en France l’année d’après, certains de ces étudiants qui poursuivaient leurs études en région parisienne m’ont fait visiter Paris, etc. Vous comprendrez donc aisément pourquoi, je souhaitais habiter dans une maison où je pouvais rencontrer plus de gens d’autant plus que certains de mes contacts (amis) de Tombouctou vivaient à Lucien Paye à mon arrivée en septembre 2007.  Cependant, si l’accueil a été chaleureux par la direction de la résidence, les désillusions sont vite apparues. En effet, Il ne faut pas se voiler la face, la rencontre des cultures n’est pas toujours vécue dans la plus parfaite harmonie.
Dès les premiers jours, les problèmes commençaient et s’empilaient et ce durant toute l’année 2007/2008. Les exemples ne manquent pas, on pourrait parler : de la chasse d’eau non tirée, de la cuvette non propre, de l’eau des douches qui coule partout, de la cuisine laissée dans un état lamentable, des micro-ondes hors services, des poubelles jetées devant la porte, du bruit dans les étages à minuit, des baffles ouverts à fond la nuit tard pourtant, des racolages, des vols (d’ordinateurs, de nourritures, de lessive, etc.), des coups de fils récurrents sur skype à partir de 23h,….
Le constat est donc très alarmant car au lieu d’une vie agréable pour tous, la diversité culturelle produit plutôt de l’incivilité quotidienne avec son lot de plaintes des résidents auprès de la direction qui à certains moments à tendance à punir les étudiants par la non réparation immédiate des matériels en panne (plaques électriques, machines de lavage, etc.). Malgré tout, une certaine diversité !
Au delà, de cette analyse certes sombre qui semble laisser paraître que tout va finalement mal, il existe un certain dynamisme à encourager. C’est dans cette perspective, que nous avons repris les activités des anciens comités des résidents afin de mener un certain nombre d’activités culturelles et sportives à même capables de faire valoir la diversité culturelle de la maison et de la cité en général. Ces activités vont des soirées dancing avec une entrée gratuite pour les résidents de Lucien Paye, à des matchs de football (équipe de personnes de nationalités diverses), aux voyages de tourisme dans des pays comme l’Espagne en Avril 2008 et l’Italie en Avril 2009. A ces activités s’ajoutent des conférences portant sur des thèmes variés (développement de l’Afrique,  Francophonie, etc.), des barbecues, des journées communautaires lors desquelles chaque pays qui le souhaite met en valeur ses traditions culinaires, etc.
Difficultés
Malgré une vraie coopération de la direction de Lucien Paye, dont remercions par ailleurs, le Directeur Marc Cerisuelo, beaucoup de résidents ne semblent pas vouloir profiter de cette diversité qu’ils ont pourtant la chance de vivre pleinement lors de leur séjour en France. Afin de mobiliser tous les résidents lors de nos activités, il nous est arrivé de glisser sous chaque porte des invitations mais en vain. Le constat est qu’à chaque fois, c’étaient les mêmes têtes, d’autres préférant rester cloitrés dans leurs chambres et rester dans un entre-soi qui est regrettable par ailleurs dans un tel contexte de diversité! Somme toute, je suis heureux de vivre à Lucien Paye mais je m’inquiète pour l’avenir de cette belle maison qui a trop tendance à perdre sa vocation première (au connaisseur de la raison, à tes commandes !) ! ●

Brema Ely Dicko
Doctorant en Migrations et Relations Interethniques,
Résident à la Résidence Lucien Paye


Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Français

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s