FRA – «Vers un changement de paradigme ?»

sdf2

J’étais paisiblement assis sur un banc lorsqu’elle m’approche, d’un air timide,
et me demande si j’aurais la bonté de lui rouler une cigarette. Etant quelqu’un de généreux par nature, j’accepte
volontiers et j’engage la conversation
: j’apprends qu’elle cherche un endroit où dormir et que la vie lui a jeté un mauvais sort. Très croyante, elle me demande si c’est le bon Dieu qui a souhaité
que sa vie se déroule ainsi ; c’est avec fatalisme qu’elle accepte son malheureux
coup du sort. Après un quart d’heure de discussion, elle me remercie
et continue son chemin, ne sachant où le destin la conduira. Je reste assis quelques minutes à cogiter, me demandant
comment la société accepte de telles
injustices.
Ce qui est paradoxal, c’est que je lisais quelques heures plus tôt les théories d’Ayn Rand, la théoricienne de l’objectivisme.
La rencontre avec cette dame me permet de me rendre compte de l’absurdité de la pensée de cette intellectuelle
américaine. Selon Rand, l’objectif moral de l’existence est la poursuite du bonheur, « l’intérêt personnel
rationnel », rendu possible par le laissez-faire capitaliste. Mais comment
omettre des relations sociales la sensibilité de l’homme ? Penser que la rationalité poussée à son maximum permet aux individus d’atteindre leur bonheur individuel relève tout simplement
de l’aveuglement idéologique. Nier que le lien social se fonde sur la sociabilité, sur l’interaction et l’interdépendance
mutuelle des citoyens, c’est réfuter que l’homme est un « animal social », comme le disait si justement Aristote. Expliquer la déviance par un manque de rationalité me semble réducteur,
surtout lorsque l’on se place dans une logique de laissez-faire absolu.
L’absence d’Etat rime avec absence d’équité. Au nom de la justice sociale, Durkheim dit à ce sujet que si l’Etat «ne sait plus garantir l’égalité, il peut garantir l’équité». Ce sont d’ailleurs la sûreté et la justice qui permettent de garantir le bon fonctionnement de nos sociétés démocratiques.
Je ne remets pas en question le libéralisme
économique et politique, puisque c’est un système que je juge efficace lorsqu’il est bien régulé. Au contraire, je me positionne contre les penseurs qui voient en l’Etat un élément contraignant,
empêchant les individus de s’exprimer
librement. C’est justement cet Etat rationnel, informé et soucieux de faire primer l’intérêt général sur l’intérêt
particulier qui permet à tous les individus d’une société d’atteindre, ne serait-ce qu’en partie, le bonheur qu’ils souhaitent. Force est de constater que l’Etat français actuel peine à remplir cet objectif. Pour preuve, le manque d’engagement en ce qui concerne la construction de logements sociaux, à un moment où les inégalités s’accroissent,
me permet de conclure que le chemin à parcourir est encore long. Le laissez-faire économique, ce fléau qui profite aux plus informés d’entre nous, déchire le peu de lien social qui persiste
dans notre société et marginalise les laissés-pour-compte du système. Il est grand temps de responsabiliser la classe politique afin de réguler le système
économique et financier, dans l’optique de redistribuer les richesses de manière équitable.
Les théoriciens du trickle-down economics,
qui croient que ce sont les plus fortunés qui permettent à la société dans son ensemble de s’enrichir, sont avisés de revoir leur copie. S’il est vrai que la mondialisation et la libéralisation
des échanges a permis à des millions
d’hommes et de femmes de sortir de la pauvreté, je persiste à penser que l’Etat providence est le meilleur outil d’enrichissement collectif. Comme les keynésiens, je pense qu’une relance économique passe par l’allègement fiscal de toutes les couches de la population,
et non pas seulement des 10% les plus riches. C’est au nom de telles théories que les fondements du développement
sont édifiés : donnons aux investisseurs les moyens d’investir, et la population entière verra son niveau de vie s’améliorer. Or, il est évident que les firmes transnationales ne sont pas un facteur de développement efficace, puisque les avantages dont elles bénéficient
se font au détriment des populations
locales. Il en est de même pour le laissez-faire auto-régulé, qui ne mène qu’à l’accroissement des inégalités : la crise économique actuelle en est la preuve irréfutable.
Rand rejette ce que Auguste Comte appelle
« l’éthique altruiste », l’obligation morale d’exister pour les autres. Selon Rand, cette obligation morale d’aider autrui justifie la coercition afin de bénéficier
à certains au détriment des autres. Je récuse fortement cette vision des choses. Je pense que l’altruisme est ce qui permet aux hommes de surpasser
le matérialisme qui individualise l’homme à l’excès. De nos jours, plus personne ne se parle, plus un regard de compassion n’est offert aux plus démunis
; les images des Enfants de Don Quichotte sur le canal Saint-Martin nous laissent indifférents, puisqu’en tant que « passagers clandestins » nous supposons que quelqu’un d’autre fera ce que l’on ne souhaite pas faire. Il est temps de remédier au déficit de solidarité qui caractérise nos sociétés dites « avancées » ou « modernes », qui se fondent davantage sur l’hypocrisie
et l’inégalité des chances que sur la fraternité, véritable force motrice du progrès.
Je ne compte pas écrire un pamphlet révolutionnaire faisant appel aux armes,
j’espère seulement pousser le lecteur
à la réflexion, au questionnement profond de l’importance que nous devrions
accorder au bonheur matériel. Croire à la rationalité absolue des hommes
et l’ériger en loi universelle me dérange
profondément, puisque les élites en semblent globalement dépourvues, si ce n’est pour maximiser leurs intérêts,
peu importe le coût subi par la collectivité.
La discussion que j’ai eue avec cette dame m’a fait comprendre que le sens de la vie ne se résume pas à la consommation
personnelle mais à l’entraide et la solidarité. J’espère que cette dame a trouvé un endroit propre et sec pour passer la nuit, et que la roue tournera enfin en sa faveur.
Timothée Trimm

Un événement banal m’a profondément marqué aujourd’hui, et me fait réaliser à quel point nous sommes inconscients de la chance dont certains d’entre nous bénéficions. C’est le partage d’une cigarette avec une sans-abri parisienne qui me pousse à rédiger cet article, je lui dédie donc ces quelques mots.

J’étais paisiblement assis sur un banc lorsqu’elle m’approche, d’un air timide, et me demande si j’aurais la bonté de lui rouler une cigarette. Etant quelqu’un de généreux par nature, j’accepte volontiers et j’engage la conversation: j’apprends qu’elle cherche un endroit où dormir et que la vie lui a jeté un mauvais sort. Très croyante, elle me demande si c’est le bon Dieu qui a souhaité que sa vie se déroule ainsi ; c’est avec fatalisme qu’elle accepte son malheureux coup du sort. Après un quart d’heure de discussion, elle me remercie et continue son chemin, ne sachant où le destin la conduira. Je reste assis quelques minutes à cogiter, me demandant comment la société accepte de telles injustices.

Ce qui est paradoxal, c’est que je lisais quelques heures plus tôt les théories d’Ayn Rand, la théoricienne de l’objectivisme. La rencontre avec cette dame me permet de me rendre compte de l’absurdité de la pensée de cette intellectuelle américaine. Selon Rand, l’objectif moral de l’existence est la poursuite du bonheur, « l’intérêt personnel rationnel », rendu possible par le laissez-faire capitaliste. Mais comment omettre des relations sociales la sensibilité de l’homme ? Penser que la rationalité poussée à son maximum permet aux individus d’atteindre leur bonheur individuel relève tout simplement de l’aveuglement idéologique. Nier que le lien social se fonde sur la sociabilité, sur l’interaction et l’interdépendance mutuelle des citoyens, c’est réfuter que l’homme est un « animal social », comme le disait si justement Aristote. Expliquer la déviance par un manque de rationalité me semble réducteur, surtout lorsque l’on se place dans une logique de laissez-faire absolu.

L’absence d’Etat rime avec absence d’équité. Au nom de la justice sociale, Durkheim dit à ce sujet que si l’Etat «ne sait plus garantir l’égalité, il peut garantir l’équité». Ce sont d’ailleurs la sûreté et la justice qui permettent de garantir le bon fonctionnement de nos sociétés démocratiques. Je ne remets pas en question le libéralisme économique et politique, puisque c’est un système que je juge efficace lorsqu’il est bien régulé. Au contraire, je me positionne contre les penseurs qui voient en l’Etat un élément contraignant, empêchant les individus de s’exprimer librement. C’est justement cet Etat rationnel, informé et soucieux de faire primer l’intérêt général sur l’intérêt particulier qui permet à tous les individus d’une société d’atteindre, ne serait-ce qu’en partie, le bonheur qu’ils souhaitent. Force est de constater que l’Etat français actuel peine à remplir cet objectif. Pour preuve, le manque d’engagement en ce qui concerne la construction de logements sociaux, à un moment où les inégalités s’accroissent, me permet de conclure que le chemin à parcourir est encore long. Le laissez-faire économique, ce fléau qui profite aux plus informés d’entre nous, déchire le peu de lien social qui persiste dans notre société et marginalise les laissés-pour-compte du système. Il est grand temps de responsabiliser la classe politique afin de réguler le système économique et financier, dans l’optique de redistribuer les richesses de manière équitable.

Les théoriciens du trickle-down economics, qui croient que ce sont les plus fortunés qui permettent à la société dans son ensemble de s’enrichir, sont avisés de revoir leur copie. S’il est vrai que la mondialisation et la libéralisation des échanges a permis à des millions d’hommes et de femmes de sortir de la pauvreté, je persiste à penser que l’Etat providence est le meilleur outil d’enrichissement collectif. Comme les keynésiens, je pense qu’une relance économique passe par l’allègement fiscal de toutes les couches de la population, et non pas seulement des 10% les plus riches. C’est au nom de telles théories que les fondements du développement sont édifiés : donnons aux investisseurs les moyens d’investir, et la population entière verra son niveau de vie s’améliorer. Or, il est évident que les firmes transnationales ne sont pas un facteur de développement efficace, puisque les avantages dont elles bénéficient se font au détriment des populations locales. Il en est de même pour le laissez-faire auto-régulé, qui ne mène qu’à l’accroissement des inégalités : la crise économique actuelle en est la preuve irréfutable.

Rand rejette ce que Auguste Comte appelle « l’éthique altruiste », l’obligation morale d’exister pour les autres. Selon Rand, cette obligation morale d’aider autrui justifie la coercition afin de bénéficier à certains au détriment des autres. Je récuse fortement cette vision des choses. Je pense que l’altruisme est ce qui permet aux hommes de surpasser le matérialisme qui individualise l’homme à l’excès. De nos jours, plus personne ne se parle, plus un regard de compassion n’est offert aux plus démunis; les images des Enfants de Don Quichotte sur le canal Saint-Martin nous laissent indifférents, puisqu’en tant que « passagers clandestins » nous supposons que quelqu’un d’autre fera ce que l’on ne souhaite pas faire. Il est temps de remédier au déficit de solidarité qui caractérise nos sociétés dites «avancées» ou « modernes », qui se fondent davantage sur l’hypocrisie et l’inégalité des chances que sur la fraternité, véritable force motrice du progrès.

Je ne compte pas écrire un pamphlet révolutionnaire faisant appel aux armes, j’espère seulement pousser le lecteur à la réflexion, au questionnement profond de l’importance que nous devrions accorder au bonheur matériel. Croire à la rationalité absolue des hommes et l’ériger en loi universelle me dérange profondément, puisque les élites en semblent globalement dépourvues, si ce n’est pour maximiser leurs intérêts, peu importe le coût subi par la collectivité.

La discussion que j’ai eue avec cette dame m’a fait comprendre que le sens de la vie ne se résume pas à la consommation personnelle mais à l’entraide et la solidarité. J’espère que cette dame a trouvé un endroit propre et sec pour passer la nuit, et que la roue tournera enfin en sa faveur.

Timothée Trimm

Publicités

1 commentaire

Classé dans Français

Une réponse à “FRA – «Vers un changement de paradigme ?»

  1. Salut Timothée,

    Bien heureux de lire ton humanité Timothée et ton bon sens, j’allais dire, retrouvé. Tu pointes du doigt ton désir de « changement de paradigme » en dénonçant les manques, de l’Etat etc, et à cela tu proposes « l’entraide et la solidarité. » Sans vouloir te juger sur ce que tu as pu faire ou pas, tu proposes que cette action d’entraide, de solidarité viennent de la société. Vague proposition qui fait certainement appel au désir de structures adaptées avec des personnes compétentes qui puissent répondre convenablement à cette détresse humaine dans laquelle le système sociale actuel peut nous conduire, sachant que personne n’est à l’abri de l’exclusion. Or, n’est-il pas préférable de rejoindre le point de vue de Victor Hugo dans Quatre-vingt-treize ? :

    «Vous voulez les pauvres secourus, moi je veux la misère supprimée.»

    Dernièrement, les propos de Bernard
    Blaise
    , bien qu’encourageant, te remerciait de la fraîcheur tes souhaits un peu naïfs qui peuvent le réjouir mais qui pourraient décrédibiliser la pertinence de ton propos. C’est vrai que je m’exprime face à un public d’élite nationale, il est difficile de les faire rêver avec des utopies. (cf propos de Michel Serre sur les utopies 😉 )
    J’ai eu l’occasion avec ma famille d’aider deux vagabonds à essayer de reprendre pied dans la société et personnellement aidé plusieurs dans des états d’ébriété dangereux pour eux. Je sais aussi que ce n’est pas donner à tout un chacun d’arriver à le faire…
    Si réellement tu appelles à un changement de paradigme, alors je t’invite si tu le souhaites à parcourir le site de l’ Association pour
    l’economie distributive
    , ou alors ce blog elevons-niveau-nos-democraties..
    A oui, si tu as l’occasion d’approfondir ce qu’enclenche les conséquences d’une mise en place de tels projets, ne serait-ce que la démocratie directe par exemple, tu remarqueras que ceux qui y croient le moins ce sont les intellectuels et les imbus de pouvoir. L’un bien sûr pouvant très bien s’accommoder de l’autre et pouvant être les deux.

    amitié

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s